Carnet de voyage : Varanasi, berceau de l’Inde spirituelle

A l’heure ou je clôture l’ensemble de mes articles sur l’Inde, je réalise soudainement ne pas avoir écrit sur Varanasi, la plus mystique des cités de l’Inde du Nord que j’ai eu la chance de visiter. Cette ville, complexe à comprendre et à intégrer, ne méritait pas un City Guide « classique ».

Varanasi se vit : Immersion dans le berceau spirituel de l’Inde du Nord.

Après Jodhpur la ville bleue, Jaipur, la ville rose, Varanasi était la troisième ville qu’on ne voulait absolument pas rater. Celle que je rêvais de visiter et qui correspondait à l’image que j’avais de l’Inde. Cette Inde spirituelle, tournée vers le Gange. Varanasi est l’une des plus vieilles cités du monde, l’une des plus mystiques aussi. Déstabilisante, impressionnante, déroutante : visiter Varanasi se prépare, s’anticipe tellement le choc est réel à l’arrivée. Située au Nord Est du pays dans la région de l’Uttar Pradesh, à un peu plus de 1000 kms de Jodhpur, Varanasi accueille chaque année plus d’un million de personnes venant se baigner dans le Gange, soit un record de pèlerins en Inde. 

Le Gange est au cœur de la religion hindoue. Dans la croyance, on raconte que c’est le roi Bhagirath qui, souhaitant la prospérité pour sa terre, implora la déesse Ganga. Son souhait fut exaucé mais la déesse, de peur que les flots du Gange submergent la Terre, décida de les mettre dans les cheveux de son mari : le dieu Shiva. Vous suivez ?

A Varanasi, on vient se baigner dans le Gange en empruntant les Ghats, ces escaliers qui descendent vers le fleuve. La ville en possède pas moins de 88, situés tout au long de la rive. Ici, se laver dans le Gange permet de se nettoyer de ses péchés.

Les cérémonies religieuses du Gange à Varanasi

La ferveur religieuse est à son apogée lors des cérémonies, qui ont lieu chaque matin et chaque soir tout au long de l’année. Lors de ces évènements, les Hindouiste rendent justement hommage au Gange et à sa divinité.

Ces cérémonies sont époustouflantes. Le matin, si la foule est moins nombreuse, il s’agit du meilleur moment pour comprendre parfaitement les mouvements chorégraphiés de ces officiants munis de divers objets religieux, bougeoirs et éventails de plumes, rendant ainsi hommage au Gange. Le moment parfait pour profiter d’une lumière douce qui vient alors baigner les rives de la ville de couleurs chaudes.

Je vous conseille de vous y rendre très tôt le matin avant d’embarquer à bord de l’un des nombreux bateaux pour longer la ville et profiter d’un panorama extraordinaire sur l’ensemble des ghats au lever du soleil.

Vous apercevrez les milliers de pèlerins en train de procéder à leur bain spirituel mais aussi celles et ceux qui viennent y laver leur linge pour le laisser sécher ensuite sur les marches, créant un damier de couleurs tout au long de la rive.

Le soir, lors de la cérémonie, la ferveur est beaucoup plus importante et la foule très dense surtout aux alentours du ghat principal, Dasashvamedh. Le moment est beaucoup plus bruyant, les chants de la population, la fumée des lampes à huiles, le parfum des encens, la déambulation des « Holy Men »,  ces Hindous à la barbe longue qui méditent toute la journée sur la berge.

Des hindous circulent avec des plateaux pour récolter les dons des fidèles. On se regroupe autour des lampes à huiles pour une courte prière. On entend les mini-tambours qu’agitent les « Holy Men », le bruit des sabots des vaches qui descendent les ghats pour se baigner dans le Gange, les milliers de fleurs et l’huile parfumée qui embaument l’air…

La dimension spirituelle de Varanasi ne s’arrête pas au bain sacré.

La crémation est supposée libérer l’âme qui se réincarnera. C’est ici, à Varanasi que les Hindouistes mettent fin au cycle des renaissances.

C’est ici que chaque jour, 24h sur 24h, on procède à des crémations dans au Manikarnika Ghat. Ainsi, la vieille cité voit défiler les morts pour des incinérations sacrées sur des bûchers en plein air. La découverte de cet endroit reste gravée dans ma mémoire. Sous une chaleur étouffante, une fumée blanche envahit nos narines. Nous y sommes. Ici, 200 à 300 incinérations se déroulent quotidiennement sous les yeux des passants et des « holy men». La crémation est supposée libérer l’âme qui se réincarnera. C’est ici, à Varanasi, que les Hindouistes mettent fin au cycle des renaissances.

Selon la légende, malgré les nombreux pillages et destructions de la ville, notamment par les musulmans, les flammes des bûchers ne se sont jamais éteintes. Nous nous arrêtons, un peu en retrait pour assister au spectacle dans un silence pesant. Nous n’échangeons pas un mot et regardons le ballet incessant des veuves en pleur sous leur sari.

La cadence est rapide, minutée, presque industrielle. Tout est précis, instinctif. L’odeur reste, à notre grand étonnement, supportable.

Nous nous rendons compte, au fur et à mesure, que le ghat est entouré d’immenses tas de bois parfaitement empilés. Selon les budgets, les familles des défunts peuvent choisir le bois utilisé pour la crémation de leur proche. La cadence est rapide, minutée, presque industrielle. Tout est précis, instinctif. L’odeur reste, à notre grand étonnement, supportable. Les Indiens utilisent du bois de manguier, reconnu pour ses fortes effluves, les corps étant également arrosés d’huiles essentielles et de couronnes de fleurs. Ici, on n’ose même pas sortir son appareil photo. On n’y pense même pas. Un de ces moments où vous vous dites : ne penses à rien et profites de cet instant, il ne durera pas. Tâche de le garder intact dans ta mémoire. 

Ce moment est hors du temps. Nous restons assis ici pendant plusieurs heures certainement, pour essayer de comprendre, de déchiffrer chaque geste, chaque émotion. Varanasi est une ville incroyable. Au sens strict du terme. Difficile à comprendre tellement ce mode de vie dépasse nos connaissances et nos croyances. J’ai, en quelques heures, plus appris sur la culture indienne que tous ces jours passés dans le reste du pays.

Je comprends alors une infime partie de la dimension spirituelle de ce pays, au centre de toute cette culture si riche qui nous déstabilise et nous bouscule.

Merci Varanasi. 

Découvrez mon dossier dédié à l’Inde, de Jodhpur à Delhi, des astuces pour prendre le train en Inde à la fête des couleurs HOLI : suivez le guide!

6 Comments

  • Stellina 13 janvier 2018 at 11 h 39 min

    Je rêve d’y aller ! Bel article ! 🙂

    Reply
    • TravelsGallery 14 janvier 2018 at 9 h 41 min

      Merci beaucoup ! Et OUI, je te conseille fortement cette ville incroyable. Fortement conseillée !

      Reply
  • PFAD 13 janvier 2018 at 22 h 07 min

    Nous connaissons l’inde du Sud et en lisant ce super article de l’inde du Nord on a vraiment envie d’y aller !
    Merci pour ce partage

    Reply
    • TravelsGallery 14 janvier 2018 at 9 h 42 min

      Avec plaisir ! Je ne connais pas l’Inde du Sud de mon côté donc…C’est à faire aussi j’imagine ! La prochaine fois en Inde sûrement.

      Reply
  • Laure 20 janvier 2018 at 14 h 51 min

    Super article ! Merci de m’avoir fait découvrir cette ville magnifique et ses coutumes

    Reply
    • TravelsGallery 21 janvier 2018 at 9 h 41 min

      Merci beaucoup Laure ! Avec plaisir et je te conseille vivement d’aller y faire un tour 🙂

      Reply

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :