Île Rodrigues (Île Maurice) : Ses 5 leçons de séduction pour succomber à son charme

Rodrigues. J’ai entendu parler de toi dès mes premiers pas à La Réunion, début août. Tu étais LA perle rare de l’Océan Indien, par ton authenticité, ta richesse et ta secrète existence, à l’ombre de l’île Maurice.

Tu nous as charmé. Envoûté. Tu nous a fait un bien fou.

Et si parfois, le calme et la sérénité des journées passés chez toi semblent hors du temps, tu restes pas moins pleine de surprises. Tu sais compter sur tes habitants pour animer tes rues. C’est ainsi que je décide de t’accorder une page sur mon blog. Tu le mérites, même si je sais, tu aimes aussi t’épanouir dans le secret… On te surnomme « Cendrillon » des Mascareignes, ce n’est pas pour rien, petit cachotière.

Alors ne m’en veux pas, si je viens ici, révéler quelques uns de tes secrets qui m’ont charmé.


Les 5 leçons de séduction par Rodrigues : ses secrets pour vous faire succomber…

Leçon #1 : Laissez le temps au temps…

Je n’avais jamais entendu parler de l’île de Rodrigues. Je sais que cela ne la vexera pas, elle aime et cultive ce caractère confidentiel, secret et énigmatique. A quelques minutes de vol de son île mère, Maurice, le territoire de Rodrigues semble avoir trouvé la bonne posture : ne réserver ses charmes qu’à quelques initiés et éviter au temps d’avoir trop d’emprise sur son quotidien. À Rodrigues, le temps s’est arrêté. Lorsque vous sortirez de son minuscule aéroport, vous serez saisi par le changement radical de décor qui s’offre à vous après Maurice.

Ici et là, les vaches et les cabris se partagent ses grandes collines vallonnées, les taxis sont des pick-ups qui avancent, cahotant, sur les routes et les chemins, les « grandes » villes ressemblent plus à de petits villages de brousse avec ses épiceries qui portent le nom de leurs propriétaires :  » Chez Monsieur LaRose », « La Boutik de Laurenza »…

On se sent vite chez soi finalement à Rodrigues.
Un esprit « lontan » comme on dit à La Réunion qui réchauffe le coeur, apaise et rapproche immédiatement…

Leçon #2 :  Succombez à la passion sauvage et langoureuse 

Rodrigues est passionnante par son caractère sauvage. Ici, ne soyez pas surpris – comme nous – de découvrir des plages sublimes…vides. Oui, vous avez le droit d’être ici. Oui, vous avez le droit de vous baigner ici, même s’il n’y a personne dans l’eau (ah les mauvais réflexes de La Réunion…). Ce sentier aménagé sur lequel vous ne croiserez que quelques cabris. Ce snack de bord de route à la terrasse vide qui n’attend qu’une seule chose : vous accueillir. Rodrigues est un luxe, celui d’être seul.

Aujourd’hui, nous sommes prêts à payer cher ce luxe, dans un quotidien ou l’on n’est sans cesse sollicité. Rodrigues vous offre cela. Dans cet écrin de nature, brut, sans artifice, vous êtes confronté à une nature sauvage, qui assume sa prédominance sur l’homme qu’elle a accepté d’accueillir. Elle a sa place ici, son rôle, et vous fait l’honneur de vous dévoiler quelques-uns de ses secrets et vous, forcément, vous tombez sous le charme.

Et lorsque la nature parait menacée, la prise en main du problème avec la mise en place de la Réserve naturelle de Grande Montagne ou la Réserve de François Leguat notamment, témoignent du succès obtenu par une réelle volonté de ses habitants et des acteurs du développement de l’île : sauvegarde et développement d’une forêt primaire, réintroduction des tortues terrestres…

Rodrigues, tu peux compter sur tes résidents pour réparer, parfois, les bêtises qu’ils ont eux-même engendrer.

Leçon #3 : Ouvrez-vous à l’autre et il vous le rendra

Après l’offre hôtelière surdéveloppée de l’île Maurice, le contraste est, on ne peut plus, saisissant. Ne venez pas chercher ici le grand confort Mauricien, inutile de rechercher le complexe hôtelier aux multiples services. Si l’île possède tous les atouts pour développer ce tourisme balnéaire haut de gamme, avec un lagon d’une immensité déroutante, elle a fait le choix de privilégier une autre forme de tourisme.

Un tourisme expérimentiel, destiné plutôt à celles et ceux qui cherchent à vivre des moments uniques, qui expriment un besoin de déconnecter, de changer de cadre et de bousculer ses habitudes. Sur l’île Rodrigues, on privilégie plutôt les auberges, les tables d’hôtes, les snacks en bord de route, l’expérience humaine.

Car, Rodrigues a bien compris qu’au-delà de son cadre de vie privilégié, de ses criques sauvages et de son lagon aux nuances d’indigo, l’accueil et la chaleur de ses habitants étaient des piliers de sa culture et un trésor éphémère à offrir aux touristes de passages. Ici, on vous sourit. On partage.

On est fiers de sa culture, de ses secrets, de ses trésors. On est fiers aussi, de vous accueillir et ça, ça change tout…

Leçon #4 : Succombez au péché de gourmandise…

La cuisine de Rodrigues est proche de celle des Mascareignes. Vous retrouverez ainsi les caris, les rougailles… Mais sa cuisine brille par la fraîcheur de ses produits, la saisonnalité de ses recettes et l‘île peut se targuer d’avoir quelques produits reconnus dans le monde entier. Si plusieurs records de pêches ont été établis à Rodrigues notamment, l’île possède aussi une culture de l’élevage à l’opposée de son île mère, Maurice.

A Rodrigues, l’élevage fait partie de la culture de l’île et l’immense majorité des familles possèdent un cochon, des vaches, des poules, des cabris… et, vous l’aurez compris, ici, ces animaux sont à l’air libre et profitent d’un panorama idyllique, d’une herbe fraîche ce qui donne… une viande succulente.

L’île peut compter aussi sur quelques produits phares qu’elle exporte. Ses limons, très réputés dans l’Océan Indien, sont des petits citrons verts qu’on retrouve un peu partout dans la cuisine rodriguaise : en rougaille avec du pimen, arrosés sur un poulet, en dessert, en jus… L’autre produit phare de l’île est son miel d’eucalyptus que l’on trouve un peu partout sur l’île. Inutile, enfin, de vous préciser que les fruits exotiques et poissons frais sont ici à profusion.

Car après tout, une bonne table annonce toujours le début d’une belle relation… Et ça, Rodrigues l’a bien compris. 

Leçon #5 : Partagez vos traditions pour vibrer, ensemble

Fait majeur, à Rodrigues, on vit beaucoup de la pêche. Chaque matin, tôt, observez les pécheurs qui rentrent de l’océan chargés de thon, de carpes et surtout, surtout, tâchez d’assister au retour des piqueuses d’ourites.

Ce métier m’a fasciné. L’ourite est un calamar que l’on trouve plutôt à marée basse et qui peuplent le lagon de Rodrigues. La pêche de cet animal est à Rodrigues un métier principalement de femmes, que l’on se transmet de mère en fille. Face à une chute de la population d’ourites, la décision a été prise d’interdire, temporairement, la pêche à l’ourites pendant quelques semaines chaque année. Un succès retentissant :  la première fermeture a eu lieu en 2012 et a connu un grand succès. La même année,  les exportations d’ourites ont augmenté de plusieurs centaines de tonnes. Une décision comprise et partagée par tous.

En vous rendant en bord de plage le matin, vous apercevrez ces étranges brochettes. Ce sont ces fameux ourites, en train de sécher au soleil et que vous retrouverez, le midi, grillé en brochette sur le barbecue de Solange…

Une fois encore  Rodrigues, tire son épingle du jeu et arrive, avec justesse et réalité, à trouver des solutions, des compromis pour maintenir la richesse de son lagon sans nuire à l’activité économique phare de l’île et continuer à faire vivre ses traditions. Être fier de ses traditions et savoir les partager, c’est s’ouvrir à l’autre. En toute intimité.

Alors… charmé ?

La suite… vite ! 

Très vite, je vous publierai un article sur les adresses et les spots de l’île, mes belles rencontres, les randonnées le long du lagon, l’expérience du passage Niveau 1 de plongée sous marine à Rodrigues à la rencontre des tortues… BREF, tout un programme qui arrive très vite. Promis.

En attendant, Rodrigues vous attend. Une chose est sûre : elle ne changera pas. 

%d blogueurs aiment cette page :