Vivre à La Réunion : si on passait à table ? Les 6 indispensables de la cuisine réunionnaise !

Pour celles et ceux qui me connaissent, vous saviez que cet article sur la cuisine à La Réunion, version gastronomique, devait, un jour ou l’autre, arriver…

Après avoir rapidement abordé le sujet lors de mon article Mes 12 résolutions à La Réunion, la cuisine de La Réunion DEVAIT avoir son article ici. Composante majeure ou illustration parfaite du multiculturalisme Réunionnais, sa cuisine est à l’image de cette île : métissée.

Premier constat : si à La Réunion, vous vous dépenserez plus qu’en métropole en crapahutant les week-ends à droite et à gauche, vous ne perdrez pas de poids. DÉSOLÉ. La randonnée de la journée ne vous servira finalement qu’à vous donner bonne conscience lorsque vous reprendrez une part de Rougail Saucisse. Les Réunionnais aiment manger. Souvent. Et oui, on est en France, n’oublions pas… Et les bons plats sont, bien souvent, synonymes de partage, d’échange…et de calories !

De l’entrée jusqu’au dessert, ça vous dit de passer à table ?

1. La barquette de rue et les pique-niques créoles : le paradoxe de La Réunion 

La cuisine réunionnaise se consomme de deux manières.

La vraie Street Food vit encore à La Réunion, et c’est tant mieux ! Elle créée de la vie dans les rues, de l’activité et participe à cette ambiance particulière des centres-villes réunionnais. Partout sur l’île, vous trouverez des snacks, estampillés pour la plupart « LA DODO LÉ LA! », des petites cabanes souvent bien aménagés qui vous proposent deux ou trois caris du jour et surtout, surtout, des gratinés. Alerte calories. L’une des spécialités de la street food réunionnaise est le Gratiné Bouchon. Un sandwich rempli de Bouchons (je vous expliquerai cela plus tard), le tout recouvert de fromage râpé et passé au grill. À vous ensuite de choisir la sauce que vous souhaitez. Si vous voulez vous donner bonne conscience, j’opte généralement pour le « sans sauce »…

Les barquettes se vendent comme des petits pains le midi, comme le soir, notamment dans les villes comme Saint-Denis ou Saint-Pierre.  Retenez bien ces comptoirs de rue ou une queue se forme dès 18h : cela signifie que l’adresse est reconnue par les locaux. on vous servira alors une barquette on ne peut plus remplie d’un Cari au choix, d’un sauté de porc à l’ananas ou d’un bon vieux Rougail Saucisse. Ne paniquez pas : je vous explique tout après. Soyez certain qu’une barquette vous suffira largement : la générosité réunionnaise se confirme dans l’assiette.

A contrario, la cuisine réunionnaise se consomme à plusieurs et se partage. C’est l’ADN même des caris et des plats réunionnais : de grandes marmites qui permettent à plusieurs personnes de partager un plat, une cuisine plus que chaleureuse, familiale.

Ainsi, baladez-vous le long du front de mer de Saint-Denis et de Saint-Pierre le dimanche, en passant par les plages du Lagon : vous serez époustouflés de la vie qui se met en place, tôt le matin. Partout sur l’île des kiosques équipés souvent de barbecues, vous permettent de préparer les marmites et d’accueillir, dans un quasi salon d’extérieur, vos amis et familles. Si les kiosques sont déjà pris, les réunionnais sont pleins de ressources : groupes électrogènes, tables et chaises, tentes et bâches accrochés aux Filaos, musique et parties de dominos… Une super ambiance, signature même de la culture réunionnaise.

2. Bouchons, Samoussas, Bonbons piments… Place à l’apéro à La Réunion ! 

Le premier est d’origine chinoise, le second indienne et le troisième zarabe. Décidément. Quand je vous disais que la cuisine réunionnaise était à l’image de sa culture. Les 3 se dégustent à l’apéritif et globalement, à toute heure de la journée.

Les bouchons réunionnais sont de petites bouchées de porc ou de poulet, entourées d’une pâte cuite, généralement, à la vapeur. Généralement arrosés de sauce soja et/ou de sauce piment chinois, vous en trouverez partout sur l’île.  A noter : j’en ai dégusté des faits-maison : à tomber !

On ne les présente plus : les Samoussas sont les cousins des bouchons. Au-delà des traditionnels Samoussas fromage, porc ou poulet, tentez les variétés plus originales comme espadon, bringelles (l’autre nom des aubergines), sarcives (une viande sucrée, presque laquée, très goûteuse), canard-vanille… Mon adresse à Saint-Denis (et au vu du monde, je ne suis pas le seul) : Chez Oncle Sam :  une institution.

Enfin, les Bonbons piments sont de petits beignets, réalisés à base de Pois du Cap, de gros haricots blancs qu’on retrouve également souvent en grains dans les caris. Plus ou moins pimentés, les Bonbons piments peuvent parfois être secs et peu goûteux, là ou ils doivent être normalement moelleux et presque fondants. À vous de trouver votre bonne adresse : un indice, au marché de Saint-Paul, il y en a d’excellents…

3. Alerte institution : le Rougail Saucisse réunionnais

Un article spécial cuisine réunionnaise sans mentionner le Rougail Saucisse serait une injure faite à sa culture ! C’est certainement l’un des plats les plus connus en métropole et le plat le plus réclamé par les amis de passage à La Réunion.

Le Rougail Saucisse, comme porte son nom, est un plat réunionnais à base de saucisse (bien vu !), de tomates, d’oignon, de piment et d’ail. On vient compléter ensuite avec des épices, dont chacun possède ses petits secrets… Il s’accompagne, comme la majorité des plats de l’île, de riz (blanc ou Zembrocal pour les plus gourmands, un riz jaune mélangé avec des pommes de terre) et de grains (lentilles, pois du cap…). Facile à faire, il existe des dizaines de recettes différentes et chacun y va de son astuce…

C’est l’erreur commune de tous métropolitains débarquant sur l’île ( oui je me la pète) : le Rougail Saucisse n’est pas le Rougail piment qui accompagnera vos caris. Vous êtes nombreux, moi le premier, a être décontenancés lorsqu’on vous demande si vous souhaitez du Rougail avec votre Cari de porc. Pardon ? Des saucisses en plus ?! Le Rougail, c’est aussi une préparation qui consiste à mélanger du piment avec du concombre ou du citron notamment et qui viendra accompagner votre Cari pour le relever. Un petit plus qui apportera à la fois fraîcheur et piment à votre plat : un indispensable ! Et si on compliquait un peu ? Si on vous propose du Rougail Dakatine en plus, il s’agit d’une « sauce » à base de beurre de cacahouète mélangée avec de la tomate et du piment. Fort goûteux, parfois écoeurant, mais excellent à petite dose.

4. Les Caris : LE plat principal de toute bonne table réunionnaise. 

Les caris sont institutions à La Réunion. Je ne pourrais vous dire combien il en existe, mais plusieurs dizaines c’est certain. Ces plats mijotés dans de grandes marmites sont facile à préparer. On y retrouve une partie des ingrédients du Rougail Saucisse : tomates, oignons qu’on vient compléter ensuite de curcuma, safran péi, de gingembre et bien d’autres épices. Le Cari se décline à toutes les viandes et poissons. Les « basiques » seront à base de porc, de poulet ou d’espadon. C’est d’ailleurs le plat majoritairement servi dans les gîtes des hauts.

Mais très souvent, vous les verrez déclinés à différentes sauces : canard, chouchou, patates, zandouilles, boucané, Ti’Jacques… Bref, vous trouverez forcément votre préféré ! Il s’accompagne toujours de riz, de grains et d’un rougail piment (vous suivez?) et, bien entendu, d’une dodo fraîche.

Il peut être accompagné d’Achard. Une excellente « salade » à base de légumes crus (ou presque) et frais qui resteront croquants et très savoureux à base de choux, carotte, chouchou…le tout agrémenté d’une sauce indienne à base de gingembre, curcuma, cumin… Un vrai délice.

En écrivant cet article, je me rends compte de l’étendue de la cuisine réunionnaise. Quand on y pense… Une si petite île et autant de choix. Car bon, je vous passe les plats comme les civets, les massalés, le gratin chouchou, les brèdes qui accompagneront les sautés notamment, les fricassés… Quelle ambition j’ai eu de vous parler de la cuisine réunionnaise en un seul article…

5.Gâteau Patate et fruits tropicaux : le délice de l’île…

Question dessert, j’avoue sécher un peu… J’ai dégusté un gâteau patate, à tomber. Cette spécialité de l’île, réalisée à partir de patates douces blanches est excellent lorsqu’il est parfaitement bien préparé. J’en ai depuis testé plusieurs…Sans être emballé. Alors, je continue ma quête…

La majorité des desserts de l’île viennent sublimer ses fruits : Flanc coco, Tarte choco-banane, Carpaccio d’ananas, Gâteau chouchou… Si vous aimez les desserts fruités, vous trouverez votre bonheur à La Réunion !

Je suis plutôt adepte des fruits, en toute simplicité. Les toutes petites bananes sucrés de l’île, l’ananas Victoria ou encore un fruit de la passion, coupé en deux, auquel on vient rajouter quelques gouttes de rhum arrangé : à tomber ! 

6. Cocktails et rhums arrangés à La Réunion : toujours finir avec une note sucrée !

Je me devais de terminer cet article en vous parlant des rhums arrangés. La Réunion a rapidement pris conscience que son rhum Charrettes ne pouvait rivaliser avec celui des Antilles. Pleins de ressources, les réunionnais ont ainsi rapidement trouvé la solution : les rhums arrangés. Véritables institutions, vous en trouverez partout et il vous sera souvent offert en fin de repas dans les meilleurs tables. Chacun possède ses secrets, ses petites astuces : laissez la bouteille à l’envers, la cacher à l’ombre ou, au contraire, l’exposer en plein soleil, enlever les ingrédients au bout de quelques jours, rajouter quelques cuillères de sucre péi…

Une donnée semble partagée, et encore, cela dépend du type de rhum arrangé :  pour un bon rhum arrangé, il ne faut pas hésiter à attendre à minima 3 mois.

Rien de plus simple ensuite, c’est à vous d’inventer une nouvelle recette ou de vous inspirer des centaines de recettes déjà existantes.

Mon petit conseil en plus : les agrumes sont forts en goût et doivent être enlevés avant les 3 mois afin de permettre aux autres ingrédients de reprendre un peu de place dans le rhum. Mes recettes préférées ? Dur… Mais, une chose est sûre, le rhum arrangé Fraise-Citron n’a pas fait long feu à la maison…

Alors, prêts à venir partager un repas à La Réunion ? 

Les bonnes adresses pour en découvrir plus sur la cuisine à La Réunion :

  • La Cuisine de Nelly est une blogueuse food qui fait preuve d’inventivité pour mettre au goût du jour une cuisine lontan. Une belle source d’inspiration pour éviter les faux pas culinaires.

  • C’est LA bible de la culture réunionnaise et le site propose une quantité incroyable de recettes et d’astuces sur la cuisine à La Réunion : Mi Aime A Ou

  • Une institution à La Réunion : Goutanou, par Christian Antou est un indispensable pour apprendre la cuisine de l’île. Un vrai passionné, professeur de cuisine : un coup de coeur !

  • Pour trouver toutes les bonnes adresses food de l’île, un indispensable : Avis d’Assiette, LE blog qui rassemble les meilleurs spots de l’île. Un super blog et une jolie plume !

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager et à me suivre sur Instagram et Facebook 

Découvrez l’ensemble de mes articles dédiés à mon expérience : Vivre à La Réunion !

4 Comments

  • Jenkins 24 mai 2018 at 17 h 20 min

    Très bel article. Te conseille le rhum faham, lors d’une prochaine visite à Cilaos

    Reply
    • TravelsGallery 24 mai 2018 at 18 h 06 min

      Merci pour ton retour positif ! J’en ai beaucoup entendu parler et cherché un lieu ou en trouver ! C’est noté pour Cilaos !

      Reply
  • Laurène Delion 18 octobre 2018 at 1 h 06 min

    Va pour un fraise-citron quand je reviens, et un cocktail au Sauvage également 😉

    Reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :