Dipavali : La lumière brille à La Réunion !

C’était ma découverte du mois d’octobre à La Réunion : la Fête de Dipavali ! Ayant célébré Holi à Mathura en Inde, j’attendais avec impatience cette nouvelle célébration indienne. Ces évènements sont tellement riches d’une culture unique, complexe et diverse que j’ai toujours plaisir à y participer et à essayer de les comprendre. J’ai eu la chance, quelques semaines à peine après mon arrivée sur l’Ile de participer à la 28ème édition du Dipavali le samedi 28 octobre à Saint-André. Comment ça se passe ? Plongée dans la culture Tamoule de La Réunion. 

Dipavali : à l’origine la lumière…

Honte à moi. Après plusieurs semaines passées en Inde, je n’avais jamais entendu parlé de cette célébration… Dipavali, qu’on écrit aussi Divali en forme contractée, Deepavali, ou encore Diwali est la fête des lumières en Inde. Comme  la majorité des célébrations indiennes, Dipavali fait appel à une grande quantité de mythes et légendes hindouistes autour principalement du dieu de la lumière et de la prospérité : Vishnu. Retenez bien ce nom : il est décisif dans la religion hindouiste !

Plus précisément, Dipavali signifie, « rangée de lumières ». En Inde, on y commémore le retour de Râma dans sa ville après avoir défait Râvana, le démon qui régnait sur l’ïle de Lanka. Les habitants auraient alors accueilli Râma, incarnation de Vishnu (vous suivez?) en illuminant leurs maisons et la rue de milliers de lumières grâce à des diwa, des lampes à huile indiennes.  Cette fête est énormément célébrée en Inde et dans la diaspora indienne, à Singapour, en Afrique du Sud, en Malaisie…et à La Réunion bien entendu !

Dipavali  à La Réunion : mon récit à Saint-André

À La Réunion, Dipavali est donc une des plus importantes fêtes tamoules. Elle est énormément populaire à Saint-André, l’une des villes qui rassemble le plus de membres de cette grande communauté réunionnaise. Mais plusieurs manifestations se déroulent également dans le sud à Saint-Pierre et même à Saint-Denis. De moindre importance, c’est certain, mais tout de même.

A La Réunion, on ne célèbre pas Dipavali exactement comme en Inde. La fête est ici plus artistique que religieuse même si, en fond, les croyances hindouistes restent très présentes. Ici, Dipavali est notamment l’occasion pour les très nombreuses associations indiennes de défiler dans la ville autour d’un parcours prédéfini. Les passants se postent tout au long du parcours et c’est aux environs de 18h que la procession peut officiellement commencer. Pas d’inquiétude sur l’horaire : vous aurez toujours l’occasion de rattraper le défilé un peu plus loin si vous n’êtes pas à l’heure.

A Saint-André, tout commence par la remise des colliers de fleurs aux officiels présent sur la tribune.

Une par une, chaque association défile ensuite en dansant, jouant de la musique traditionnelle indienne. Les artistes sont munis d’instruments comme le tambour indien ou défilent juste en costume traditionnel indien. Ils sont tous sublimes. Tout au long du défilé, 6 chars richement décorés par des artistes venus spécialement d’Inde et fabriqués dans le secret le plus total depuis 2 mois, viennent raconter à eux seuls une histoire unique à travers une divinité.

A Saint-André, pas moins de 30 000 personnes viennent ainsi admirer cette sublime parade qui mobilise près de 1 500 artistes venus de toute l’Ile. Jongleurs, musiciens, danseurs… tous vêtus de costumes raffinés, colorés ou chaque détail a été soigné sont sublimes à admirer. Le temps s’arrête durant les 2 heures de défilé : on voyage en Inde, littéralement. Ce ne sont que les applaudissements des petits et grands spectateurs qui vous ramenent à la réalité.

Le temps de se rendre au Stade pour la grande soirée de clôture, nous passons devant les nombreux stands. Je sens cette odeur des mets indiens, des pâtisseries comme les Jalebis, ces petits serpentins orangés qui sont fris et servis généralement dans un sirop sucré à la rose.

Ces odeurs, les nombreux saris colorés, le tintement des dizaines de clochettes accrochées aux pieds des centaines de danseuses me font voyager. Je me sens, pendant quelques instants, nostalgique : je veux repartir en Inde, y replonger pleinement, pour de vrai. Dipavali se clôture par un grand concert, rassemblant notamment des artistes locaux et internationaux et un feu d’artifice vient illuminer le ciel de ma petite île. Le spectacle est splendide, grandiose. 

Merci La Réunion, merci à ta communauté indienne de m’avoir fait vivre cet instant et de voyager, quelques heures durant dans l’Inde que j’aime.

Namaste La Réunion ! 

 

 

No Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :